Skip to Content

It's Hard To Be A Saint In The City

IT'S HARD TO BE A SAINT IN THE CITY

I bad skin like leather and the diamond-hard look of a cobra
was born blue and weathered but I
burst just like a supernova
I could walk like Brando right into the sun
Then dance just like a Casanova
My blackjack and jacket and hair
Slicked sweet
Silver star studs on my duds just like a
Harley in heat
I strut down the street I could feel
Its headbeat
The sisters fell back and said "Don't that man look pretty"
The cripple on the corner cried out
"Nickels for your pity"
Them gasoline boys downtown sure talk gritty
It's so hard to be a saint in the city

I was the king of the alley, mama I could talk some trash
I was the prince of the paupers crowned downtown at the beggar's bash
I was the pimp's main prophet, I kept everything cool
Just a backstreet gambler with the luck to lose
And when the heat came down and it was left on the ground
The devil appeared like Jesus through the steam in the street
Showin' me a hand I knew even the cops couldn't beat I felt his hot breath
on my neck as I dove into the heat
It's so hard tu be a saint when you're just a boy out on the street

And the sages of the subway sit just like the living dead
As the tracks clack out the rhythm, their eyes fixed stràight ahead
They ride the line of balance and hold or-by just a thread
But it's too hot in these tunnels, you can get hit up by the heat
You get up to get out at your next stop
but they push you back down in your seat
Your heart starts beatin' faster as you struggle to your feet
Then you're out of that hole and back up on the street

And them Southside sisters sure look p retty
The cripple on the corner cries out "Nickels for your pity"
And them downtown boys sure talk gritty
It's so hard to be a saint in the city

Bruce Springsteen Greetings from ashbury park


C'EST DUR d'ETRE UN SAINT DANS LA VILLE

J'avais la peau comme du cuir et le regard d'un cobra pur comme du diamant.
J'étais né bleu et fripé mais j'avais jailli comme une comète supernova
Je savais marcher comme Brando droit vers le soleil
Puis danser comme Casanova
Avec ma matraque ma veste et mes cheveux soigneusement gominés
Je crânais en descendant la rue je sentais ses battements
Les nanas se retournaient sur mon passage et disaient : " T'as vu ce beau mec ! "
L'handicapé du coin de la rue implorait :
" Quelques sous par pitié "
Tous les flambeurs du centre ville pour sûr ont leur franc parler
C'est si dur d'être un saint dans la ville

J'étais le roi de la rue, maman. J'en disais des conneries
J'étais en ville le prince des raclures couronné des bosses des mendiants
J'étais le prophète en chef des proxénètes, je tenais tout très cool
Rien qu'un joueur des bas-fonds avec la chance de perdre
Et quand la chaleur se répandait et s'infiltrait sur la gauche dans la rue
Le diable apparaissait comme Jésus à travers les vapeurs de la rue
Me tendant la main et je savais que même les flics ne lui arrivaient pas à la cheville
Je sentais son souffle chaud sur mon cou tandis que je plongeais dans la chaleur
C'est si dur d'être un saint dans la ville quand tu n'es rien qu'un môme des rues

Et les sages du métro étaient assis comme des morts vivants
Au rythme du cliquetis des rames
Leurs yeux fixaient droit devant eux
Ils chevauchaient les rails en équilibre et se cramponnaient juste à un fil
mais c'est une fournaise dans ces tunnels, tu peux te faire avoir par la chaleur
tu te lèves pour descendre à la prochaine station mais il te force à te
rasseoir dans ton siège
ton coeur se met à battre plus vite tandis que tu te débats avec tes pieds
Puis tu t'arraches de ce trou et remonte à l'air libre dans la rue

Et ces nanas les soeurs du Sud sont vraiment très chouettes
L'handicapé du coin de la rue implore
" Quelques pièce par pitié "
et tous les mecs du centre ville pour sûr ont leur franc parler
C'est si dur d'être un saint dans la ville

Traduction Albert Labbouz Juillet 1999


C'EST DUR D'ETRE UN SAINT DANS LA VILLE

J'avais la peau comme du cuir
Et l'aspect dur et glacial d'un cobra
J'étais né bleu et trempé
Maisj'ai explosé comme une supernova
Je pouvais marcher comme Brando au soleil
Et aussi danser comme un Casanova
Avec mon nerf de boeuf, mon blouson
Et mes cheveux soigneusement tirés
Des starlettes en argent sur mesfringues
Comme une Harley enfusion
Quandje me pavanais dans la rue
Je pouvais entendre les battements de son coeur
Les soeurs tombèrent à la renverse et dirent
"Que cet homme est mignon "
L'infirme au coin de la rue s'écria
"Unfrancparpitié"
Ces garçons du centre ville parlent vraiment avec cran
C'est dur d'être un saint dans la ville

J'étais le roi du boulevard
Je pouvais dire des conneries
J'étais le prince des pauvres
Couronné en ville à la fête des mendiants
J'étais le prophète préféré du maquereau
Je restais toujours cool
J'étais un parieur des bas quartiers ayant la chance de
perdre
Et quand la chaleur retombait
Elle restait sur le sol
Le diable apparaissait comme s'il était Jésus
A travers la vapeur de la rue
Me tendant une main
Que même les flics n'auraient pu frapper
Je sentais son souffle chaud sur mon cou
Tandis queje plongeais dans la fournaise
C'est dur d'être un saint quand tu n'es qu'un garçon

Et les sages dans le métro
Sont assis comme des morts-vivants
Tandis que les rails claquent en mesure
Leurs yeux fixant le vide
Ils marchent en équilibre sur le fil
Et ne tiennent que par un cheveu
Mais il fait trop chaud dans ces tunnels
Vous pouvez être assommés par la chaleur
Vous vous levez pour sortir au prochain arrêt
Mais ils vous repoussentjusqu'à votre siège
Votre coeur commence à battre plus vite
Tandis que vous luttez pour vous relever
Et puis vous sortez du trou

Et vous vous retrouvez dans la rue
Les soeurs du quartier sud ont vraiment l'air jolies
L'infirme au coin de la rue s'écrie:
"Un franc par pitié"
Et ces garçons du centre ville parlent vraiment avec cran
C'est dur d'être un saint dans la ville

It's hard to be a saint in the city By Bruce Springsteen in Greetings from
asbury Park

Traduction: Hugues Barrière pour Désespoir Productions